Qu'est-ce que la Proof-of-History ? (Preuve d’histoire)

- 7 minute read

Kevin van der Linden
Passionate Content Writer
Kevin van der Linden

Les crypto-monnaies utilisent un algorithme de consensus. C’est une méthode de sécurisation de la blockchain et du registre d'une crypto-monnaie. Les milliers de crypto-monnaies qui existent aujourd'hui utilisent une grande variété d'algorithmes de consensus, chacun avec ses propres avantages et inconvénients. Anatoly Yakovenko, fondateur de Solana, a conçu un algorithme de consensus unique pour le réseau Solana, appelé Proof-of-History (preuve d’histoire). La valeur de Solana a fortement augmenté au cours du mois dernier, en partie grâce à cet algorithme de consensus. La proof of history peut-elle être le consensus du futur ? Dans cet article, nous examinerons plusieurs algorithmes de consensus bien connus pour voir si la Proof-of-History est plus qu'un simple battage médiatique.

Table des matières

  1. Proof-of-Work
  2. Proof-of-Stake
  3. Proof-of-History
  4. Un exemple de
  5. Pourquoi la
  6. Conclusion

Proof-of-Work (preuve de travail)

Bitcoin est la première crypto-monnaie à utiliser un protocole de consensus révolutionnaire appelé Proof-of-Work (PoW), preuve de travail en français. Dans un consensus PoW, les mineurs se font concurrence sur le réseau pour résoudre des énigmes mathématiques complexes. Bien que celles-ci soient difficiles à résoudre, il est facile de vérifier la bonne solution. Lorsqu'un mineur l’a trouvée, il l’envoie avec un bloc sur le réseau. Tous les autres mineurs doivent vérifier si la solution est correcte. Ce processus est répété encore et encore afin que les blocs sur le réseau forment une chaîne (d'où le nom blockchain).

L'extraction et la validation des solutions au consensus PoW est une entreprise énergivore. En raison de la situation climatique précaire, beaucoup de gens trouvent ce consensus immoral. À l'heure actuelle, il existe peu d'alternatives pour rendre le PoW moins énergivore, c'est pourquoi le soutien à ce consensus diminue rapidement.

Proof-of-Stake (Preuve de participation)

C'est pourquoi Ethereum est récemment passé du consensus Proof-of-Work au consensus Proof-of-Stake (PoS), Preuve de participation en français. Avec PoS, les mineurs sont remplacés par des validateurs. Ceux-ci misent un certain montant de la crypto-monnaie sur le réseau pour valider la blockchain. Ils n'ont pas à rivaliser comme des mineurs pour être les premiers à résoudre le puzzle.

Au lieu de cela, les utilisateurs sont sélectionnés au hasard. Cependant, plus la mise est importante, plus les chances d'être sélectionné comme validateur sont grandes. Lorsque le validateur est sélectionné, il doit proposer (ou 'forger') un bloc. Si ce bloc est validé par d'autres utilisateurs, le validateur reçoit une récompense constituée des frais des transactions du bloc.

Le PoS, contrairement au PoW, est légèrement moins sécurisé, puisque sa sécurité est déterminée par des personnes plutôt que par des solutions mathématiques. Cependant, comme les validateurs ont investi dans la crypto-monnaie, ils sont moins susceptibles de trahir le système.

Il est toutefois possible qu'avec le PoS, un groupe de validateurs prenne le contrôle. Cependant, ces validateurs peuvent être bloqués ou exclus du réseau. Avec de grandes monnaies, cela est dès lors presque impossible.

De plus, le PoS est beaucoup plus respectueux de l'environnement, puisque la consommation d'énergie n'est pas si élevée. Cela est dû au fait que forger un bloc est beaucoup plus économe en énergie que le minage, puisque cela ne nécessite pas autant de puissance de calcul.

Proof-of-History (Preuve d’histoire) de Solana

Solana combine la Proof-of-Stake (Preuve de participation) avec la Proof-of-History (PoH), ce qui lui donne un algorithme de consensus hybride unique. PoH garantit l’hyper rapidité d’une blockchain, tout en gardant sa sécurité décentralisée.

Tous les événements et transactions Solana sont hachés avec la fonction de hachage SHA256. En utilisant cette fonction, Solana prend une entrée et génère une sortie unique, extrêmement difficile à prévoir. Solana prend la sortie d'une transaction et l'utilise comme entrée pour le prochain hachage. La séquence de transactions est désormais intégrée à la sortie hachée.

Ce processus de hachage génère une longue chaîne ininterrompue de transactions hachées. Cette caractéristique crée une séquence claire et vérifiable de transactions qu'un validateur ajoute à un bloc, sans avoir besoin d'un horodatage conventionnel. Le hachage prend également un certain temps,permettant aux validateurs de facilement vérifier combien de temps s'est écoulé.

Un exemple de Proof of history

Ce peut être difficile d'imaginer le fonctionnement exact de la Proof of history. C’est pourquoi nous vous montrons comment elle fonctionne à travers un exemple illustratif.

Ainsi, nous avons par exemple trois transactions, A, B et C. Solana exécute chacune de ces transactions dans l'ordre via son protocole de consensus, Proof-of-History. PoH prend en entrée la transaction et l'horloge interne qui mesure objectivement l'ordre des transactions, ce qui se déroule comme suit :

PoH(A, horodatage 0) -> hachage : version cryptée de A sur horodatage 0

PoH(B, horodatage 1) -> hachage : version cryptée de B sur horodatage 1

PoH(C, horodatage 2) -> hachage : version cryptée de C sur horodatage 2

Le fait que tout soit fixé dans les horodatages fournit une mesure objective de chaque transaction ayant eu lieu, ainsi que leur ordre. Si la transaction B devait être saisie à l'horodatage 0, toute la blockchain serait affectée.

En raison de cette sécurité objective, les humains n'ont pas besoin d'être impliqués lors de la validation. Cela rend la validation plusieurs fois plus rapide que PoW et PoS. En conséquence, Solana atteint des vitesses de transaction allant jusqu'à 50 000 transactions par seconde (TPS), tandis que Bitcoin atteint entre 5 et 7 TPS avec la Preuve de travail et Ethereum environ 30 TPS avec PoS. Il convient de noter que la preuve de participation d'Ethereum vise un TPS beaucoup plus élevé et y parviendra probablement à l'avenir.  

Pour une explication visuelle du fonctionnement de la proof of history, nous vous recommandons de regarder cette vidéo sur Youtube.

YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=rywOYfGu4EA.

Pourquoi la proof of history n'est pas (encore) le consensus du futur

La proof of history a un grand potentiel. Néanmoins, comme pour tout algorithme de consensus, il y a aussi des inconvénients, et cela s'applique également à PoH. Si vous souhaitez participer en tant que validateur à Solana, votre matériel doit répondre à des exigences strictes (lire : spécifications). Si vous ne remplissez pas ces conditions, vous êtes exclu du consensus. Cela limite considérablement la décentralisation de Solana. Puisque pour un validateur Proof-of-Stake, n'importe quel équipement informatique standard fera l'affaire, permettant à chacun de participer au consensus, dès lors beaucoup plus décentralisé.

Alors que les vitesses de transaction sont un avantage majeur de Solana, elles sont également un obstacle à certains égards. Les dizaines de milliers de transactions génèrent d'énormes quantités de données. 1 transaction fait environ 250kb. 50 000 TPS de 250 Ko équivaut à environ 40 pétaoctets de données par an. Il s'agit d'une quantité de données extrêmement élevée que de nombreuses entreprises, sans parler des particuliers, ne peuvent pas stocker. Il faudra donc y trouver une solution à l'avenir.

Conclusion

Le consensus sur la proof of history montre toutefois un énorme potentiel. Il est plus rapide et plus économe en énergie comparé à de nombreux autres algorithmes. Grâce aux horodatages, la validation d'un bloc est également incroyablement sécurisée, puisque le temps est une donnée. Bien sûr, la proof of history a aussi ses inconvénients. Par exemple, son exécution avec succès implique  pour l'instant une grande puissance de calcul du matériel et capacité de données des validateurs.  

Quoi qu'il en soit, PoH se porte bien sur le marché et gagne la confiance des investisseurs. La preuve, la valeur de Solana a considérablement augmenté au cours du mois dernier et de plus en plus de développeurs créent des applications sur son réseau. Reste à savoir si la proof of history deviendra la base de nombreuses autres monnaies. Nous suivrons les développements avec un intérêt supérieur à la moyenne.