Qu'est-ce qu'un dérivé ?

By Anycoin Direct

Vous avez probablement entendu parler des produits dérivés et vous vous êtes certainement toujours demandé ce qu'ils étaient réellement. Aujourd'hui est votre jour de chance. Nous allons vous expliquer exactement ce qu'ils sont, afin que vous n'ayez plus jamais de point d'interrogation dans votre tête lorsqu'on vous parlera de produits dérivés.

Les dérivés

Un dérivé peut être traduit par produit dérivé ou simplement dérivé. Cela se produit dans un certain nombre de catégories, telles que la chimie, la biologie, l'industrie, les logiciels et aussi la fourche, peut-être familière, qui est un dérivé de la blockchain sous-jacente, comme le Bitcoin Cash. Vous pouvez considérer le Bitcoin Cash comme un dérivé du Bitcoin.

Ce dont il est question dans cette histoire, ce sont les produits financiers dérivés. Il s'agit d'instruments d'investissement dérivés d'un actif sous-jacent particulier. Par valeur sous-jacente d'un dérivé financier, nous devrions penser à des choses comme les dérivés financiers, les actions, les matières premières et autres produits physiques ou les métaux précieux. Historiquement, les produits dérivés ont été conçus pour couvrir les risques, mais il est désormais clair qu'ils sont également utilisés par les marchés financiers pour des choses moins jolies, comme le montre l'histoire ci-dessous.

Types de produits dérivés

Il existe plusieurs types de produits dérivés, dont certains sont bien connus :

  • Les options

  • Les swaps

  • Futures (les contrats à terme)

  • CFD (Contract For Difference)

  • FRA (Forward Rate Agreement)

Il s'agit des produits dérivés les plus connus, mais aussi les plus célèbres.

Les options

Une option est un droit (et non une obligation) d'acheter ou de vendre un certain actif dans un certain délai. Le prix est parfois fixé à l'avance. La valeur de l'option dépend de la valeur de l'actif sous-jacent, de sa durée, du taux d'intérêt et de la volatilité de sa valeur. Les biens immobiliers et les actions sont des éléments bien connus sur lesquels il est possible de prendre une option.

Les Grecs de l'Antiquité négociaient déjà des options lorsqu'ils utilisaient des pressoirs à olives. Si la récolte était bonne, vous pouviez faire travailler davantage de presses à olives pour un prix convenu et un risque minimal. Si la récolte était mauvaise, vous pouviez utiliser moins de presses à olives si vous aviez acheté une option à cet effet, réduisant ainsi votre risque.

Le produit dérivé sur la dette publique à Venise vers 1400 est également assez bien connu, une sorte de précurseur des obligations. Ce n'est qu'au XXe siècle que le commerce d'options a véritablement pris son essor dans le monde occidental. C'est de ce commerce de produits dérivés que sont nés les termes call et put.

Les swaps

La traduction littérale d'un swap est un échange ou un troc. Un swap est un produit financier dans lequel une partie échange un flux financier ou un risque avec une autre partie. Les deux parties sont appelées les jambes d'un swap. Il existe plusieurs formes de swaps, comme le swap de taux d'intérêt ou Interest Rate Swap (IRS). Ce swap a connu une certaine notoriété dans toutes sortes d'affaires, comme l'affaire Vestia. L'objectif d'un swap de taux d'intérêt est de couvrir les risques liés à la volatilité des taux d'intérêt.

Après la crise du crédit, de nombreux swaps de taux d'intérêt "valaient" un montant négatif, ce qui fait que les swaps de taux d'intérêt représentaient une dette au lieu d'un actif. De nombreuses PME et institutions semi-publiques, telles que des écoles et des hôpitaux, ont ainsi subi des pertes financières importantes. L'affaire du Libor semble également familière à de nombreuses personnes. Le Credit Default Swap (CDS) est également originaire de ces régions. Il est tristement célèbre pour l'effondrement de Lehman Brothers. Un CDS est utilisé pour transférer les risques de défaillance ou de faillite à la couche suivante de l'échange.

La partie A emprunte 10 millions d'euros à la partie B par le biais d'un CDS. La partie B s'assure contre le risque de défaillance de l'investissement initial auprès de la partie C, et ainsi de suite. Le problème est qu'en fin de compte, personne ne sait qui est l'emprunteur initial et qui assume le risque initial. Il s'agissait en fait d'un produit financier très opaque, dans lequel de nombreuses personnes se sont retrouvées ruinées parce que le risque initial était très élevé sans qu'elles le sachent. La faillite de Lehman Brothers a marqué le début de la crise du crédit.

Margin call

Le monde des swaps a également donné naissance à l'appel de marge. Il s'agit d'une situation qui se produit lorsqu'un swap menace d'échapper à tout contrôle. Dès que des risques inacceptables apparaissent pour l'une des parties au swap, un appel de marge s'ensuit. Cela signifie que le collatéral déposé au début du swap est cédé à la partie gagnante pour mettre fin au swap. Ce risque est au cœur du film "Margin Call", sorti en 2011.

Futures

Un future, également appelé contrat à terme, est un contrat financier entre deux parties par lequel elles s'engagent à négocier le produit sous-jacent à une date d'échéance prédéterminée et à un prix prédéterminé (prix à terme). Dans cet instrument financier, l'acheteur a une position longue et le vendeur une position courte. En fait, ils parient l'un contre l'autre. Lors de la manie des tulipes au XVIIe siècle, des contrats à terme ont été négociés à la Bourse d'Amsterdam pour couvrir une mauvaise récolte.

Pour des raisons évidentes, il existe des contrats à terme standardisés, comme un contrat à terme sur les céréales couvrant exactement 5 000 boisseaux de céréales d'une certaine qualité. Pour les produits agricoles, cela est nécessaire pour établir la juste valeur d'un produit dérivé. Les contrats standardisés sont principalement utilisés pour les produits qui deviendraient techniquement invendables sans un prix fixé en fonction de la quantité et de la qualité.

Les contrats à terme existent dans de nombreux domaines, tels que les contrats financiers à terme (actions, devises, taux d'intérêt) et les marchandises ou produits en vrac (pétrole, or, céréales).

Fonctionnement des Future

À l'expiration d'un contrat à terme, un investisseur particulier n'attend pas la livraison de 1 000 kilogrammes de pommes de terre, et il peut donc choisir de vendre le contrat à terme juste avant la livraison physique ou de se faire payer la différence de prix. Dans le cas contraire, il s'agit d'un étalage sur le marché !

Les contrats à terme sont très souvent utilisés pour couvrir des positions, ce que l'on appelle aussi le hedging. On couvre alors généralement des positions de day trading. Vous pouvez également choisir le Daily Settlement Price (DSP), qui vous permet d'être payé par jour ou de devoir payer par résultat journalier. Avec les contrats à terme, on travaille également avec les positions courtes et longues et l'appel de marge.

Contract For Difference

Ces CFD sont utilisés comme un contrat entre investisseurs, où le vendeur paie la différence entre un certain prix lors de l'achat et de la vente de certains actifs sous-jacents. Si cette différence est négative, c'est l'acheteur qui paie. Le négociant d'un CFD ne devient jamais lui-même propriétaire de l'actif sous-jacent.

Le CFD a été inventé dans les années 1990 en tant que produit à effet de levier et utilise donc de l'argent emprunté. L'investisseur souscrit le contrat auprès d'un fournisseur qui peut fixer ses propres conditions. Lorsque les prix baissent, le fournisseur peut prendre les garanties nécessaires et éventuellement lancer un appel de marge. Dans ce cas, un paiement supplémentaire doit être effectué en plus de la garantie perdue. Un contrat de différence présente l'avantage, par rapport à d'autres types de produits dérivés, de permettre de convenir d'un stop loss absolu, c'est-à-dire que vous ne pouvez perdre que votre dépôt.

Forward Rate Agreement (Contrat de taux à terme)

Ce produit dérivé est utilisé pour fixer les frais d'intérêt ou les revenus d'intérêt. Les deux parties conviennent que, par exemple, le taux d'intérêt Euribor sera de 2 % dans six mois. L'acheteur gagne en cas de hausse et perd en cas de baisse. La différence est payée à la contrepartie par le perdant.

Négociation de produits dérivés

En général, on peut dire que la négociation de produits dérivés doit être réservée à des professionnels et à des investisseurs très expérimentés. L'effet de levier permet de réaliser d'énormes profits lorsque les choses vont bien, mais aussi d'essuyer des pertes considérables, voire de faire faillite, lorsque les choses tournent mal. Il est conseillé aux investisseurs particuliers d'utiliser d'abord des produits dérivés virtuels à l'aide d'un logiciel pour s'exercer à la négociation de produits dérivés "secs", car si cet instrument financier promet des profits potentiels élevés, les pertes peuvent souvent être illimitées.

Scandales liés à la négociation de produits dérivés

Les scandales liés aux produits dérivés sont assez bien connus, comme l'affaire Vestia, l'affaire du taux d'intérêt Libor, Enron et l'effondrement de la banque Barings. Les produits dérivés populaires peuvent être achetés en bourse ou de gré à gré (dérivés OTC, entre deux parties qui investissent). La première forme est standardisée, tandis que l'OTC est une opération sur mesure.

Warren Buffett, le légendaire négociateur en bourse, a dit des produits dérivés qu'ils étaient des "armes financières de destruction massive" et que ce que l'on appelle le "mark to model" (modèle de fixation des prix) était un "mark to myth" dans le cas des produits dérivés. Le film "The big short" se déroule juste avant le resserrement du crédit. C'est un film amusant, avec une distribution de premier ordre, qui, pour une fois, se concentre sur les aspects positifs de la vente à découvert contre les banques et leurs biens immobiliers, et sur les protagonistes qui s'enrichissent considérablement. Cela s'est d'ailleurs réellement produit.

La crise du crédit et les produits dérivés

La crise du crédit de 2008 a confirmé les propos de Warren. De nombreux produits dérivés américains partaient du principe que les prix de l'immobilier allaient toujours augmenter. Lorsqu'il s'est avéré que ce n'était pas le cas, les propriétaires de ces produits dérivés ont dû être renfloués par l'État ("too big to fail"). Le documentaire oscarisé "Inside Job" raconte l'histoire de la crise financière de 2008, de ses prémices à ses conséquences. C'est un film parfaitement regardable et captivant.

Le loup dans la bergerie

Les grands investisseurs (banques, gouvernements, fonds de pension et autres institutions financières) ont rapidement compris le jeu et ont continué à spéculer, car ils seraient de toute façon renfloués par le gouvernement lorsque les choses tourneraient mal et, après tout, investir dans des produits dérivés peut rapporter beaucoup d'argent lorsque les choses vont bien. En résumé, quand tout va bien, nous sommes riches, quand tout va mal, c'est le contribuable qui paie. Nous ne pouvions pas continuer ainsi.

Réglementation des produits dérivés

Dijsselbloem, l'ancien ministre néerlandais des finances, a tenté de limiter la négociation et la détention de produits dérivés pour les organismes publics après la crise du crédit, mais le danger des dominos lors de l'investissement dans les produits dérivés subsiste dans d'autres secteurs (par exemple, les fonds de pension).

Bombe à retardement

Selon des estimations grossières, la valeur totale des produits dérivés représenterait entre 10 et 20 fois le PIB total du monde entier. Une valeur de 1,2 million de milliards d'euros est souvent mentionnée, mais elle est déjà dépassée. En chiffres, il s'agit de 1 200 000 000 000 000. Il n'est pas nécessaire d'être Warren Buffett pour comprendre qu'une fois de plus, les choses vont mal se passer. La bombe à retardement des produits dérivés fait tic-tac. Qui sait ce qu'il reste à l'horloge ?

Testez vos connaissances

Question: 1/5Quelle est la raison originelle de l'existence des produits dérivés ?
AGagner de l'argent
BProtéger la récolte
CCouvrir les risques
DFaire de la science